Parcourir le centre-ville

Une balade qui vous mène droit au cœur historique de la ville, avec ses deux châteaux emblématiques et ses hôtels particuliers. Cette balade, donne aussi l'occasion de flâner dans les parcs, de faire le plein de culture avec le Forum des arts et de la culture et la Librairie Georges, ou encore de profiter des commerces et bar restaurants en terrasse. Bref, c'est le moment de découvrir le bien vivre à la Talençaise.

 

L’Ancien Hôtel de Ville de Talence

Place Espeleta

Première étape de ce parcours du centre-ville : l’ancien Hôtel de ville, qui fût également dans les années 2000 le siège du Trésor public. Aujourd’hui, le bâtiment abrite des services municipaux ainsi que la police municipale de la Ville.

C’est en 1877 que le baron Antoine de Ezpeleta, propriétaire du château Peixotto, fait don à la ville de Talence d’une partie de son domaine. Conformément aux vœux exprimés par le donateur, le conseil municipal décide d’y construire une nouvelle mairie, les premières écoles laïques (séparant filles et garçons) et une place publique. Les travaux débutèrent en 1880, dirigés par l’architecte Marius Faget (1833-1916).
Le choix du lieu de cette mairie suscita à l’époque de nombreuses critiques. Une pétition dénonçait la distance de ces lieux avec le centre de la commune. Le « vrai » bourg étant situé à proximité de la barrière Saint-Genès.
EN SAVOIR PLUS

 

Le château PEIXOTTO et ses jardins à la française

Cours de la libération / Avenue Peixotto

Point de ralliement des talençais, le parc Peixotto et son château est un lieu emblématique de la Ville Talence. À la fois témoin historique du passé, c’est aussi un lieu au cœur des festivités et une parenthèse naturelle dans la vie quotidienne des habitants, avec ses jardins à la française.

Dans ce parc emblématique, on trouve également le jardin botanique de l’université de Bordeaux. Celui-ci regroupe une serre tropicale ainsi qu’une orangeraie. Là-bas, ce sont des milliers de graines et d’espèces qui ont été récoltées par les chercheurs depuis les années 1800 !

Le petit conseil : faites une pause pique-nique à l’ombre des arbres, et profitez-en pour visiter la Maison du développement durable de Talence.
En savoir plus

juste à côté, le château margaut

Cours de la libération

Dans le prolongement du parc se trouve le château Margaut. Il semble avoir été construit par l’architecte Etienne Laclotte à la fin du XVIIIᵉ siècle. Les commanditaires restent inconnus, mais il s’agit probablement de riches négociants bordelais.
De propriétaires en propriétaires, il est vendu en 1882 à Alexandre Guillaume qui y installe sa maison de négoce en vins. Il y plante 15 ha de cépages et produit l’un des meilleurs vins de Graves de Talence !
De style néo-classique, la façade offre un avant-corps arrondi, décoré de mascarons, dont l’un d’eux représente la tête d’un bélier.

Le château est actuellement occupé par l’École de musique et danse. Certaines salles conservent encore aujourd’hui les plafonds et moulures de l’époque.

 

Le domaine universitaire et ses trésors cachés

rue Pierre de Noailles / 243 cours de la Libération

L’université de Bordeaux regorge de lieux et petits trésors cachés qui sont visitables ! En sortant du parc Peixotto côté cour de la Libération, vous tomberez face au portail en fer forgé qui signe le début du campus de l’université de Bordeaux.
Réalisé dans les années 1960, le portail d’entrée de l’université de Bordeaux / Sciences Technologies est l’œuvre de Raymond Subes, l’un des ferronniers d’art français les plus connus de la période Art déco. Son art s’est d’abord orienté vers une imitation de la flore, avant d’évoluer vers un style plus épuré. Lorsqu’il livre le portail, c’est alors le mouvement moderne qui est devenu l’architecture dominante.

Le petit conseil : enfoncez-vous dans le campus jusqu’à la bibliothèque universitaire science et techniques. Là-bas, vous pourrez apercevoir, une avenue piétonne avec une arche. Le design de l’ouvrage fait tant penser aux aventures de Jack O’Neill dans Stargate, que le surnom “porte des étoiles” est resté.

Le domaine du Haut-carré

Dominant le campus de l’université de Bordeaux, sur la commune de Talence, un ancien couvent, se dresse au cœur du domaine du Haut-Carré.

“À l’origine, Béoulaygues faisait partie d’une vaste propriété viticole, avant de devenir le monastère de la Sainte-Famille en 1957.”

Cette propriété a longtemps conservé son nom qui signifie « Belles eaux ». Édifiée au centre d’un parc de neuf ha, l’architecture du bâtiment, que l’on doit à la famille Garros, s’inspire des monastères cisterciens au style dépouillé. Quant à son clocher, il rappelle les campaniles romans de l’Italie du Nord. Ce sont les vitraux, très colorés, qui donnent de l’ampleur au site. En effet, 24 œuvres sur le thème du voyage du maître verrier Gabriel Loire rehaussent la beauté de la chapelle.

Le Haut-Carré est également un site naturel avec une biodiversité particulière (zone refuge des orchidées, zones humides…).

Le Château Bonnefont

Jean-Etienne Balguerie junior fait construire en 1805 une propriété de style Empire par l’architecte bordelais Armand Corcelles, connu notamment pour avoir réalisé le Temple des Chartrons. C’était un personnage atypique, navigateur, négociant, armateur et homme politique bordelais.

Le domaine de Bonnefont, qui signifie « bonne source » était situé dans une étroite vallée où coulait en aval le ruisseau d’Ars.

D’une apparente austérité, le bâtiment puise ses références dans l’Antiquité, comme le veut le goût de l’époque. Toutefois, l’ornementation très raffinée. Les ailes de style gothique ont été rajoutées ultérieurement, par le propriétaire suivant, Christian Gaden.

En 1951, l’État achète le domaine de 18 hectares ainsi que le parc vallonné et boisé afin d’installer une partie de l’université de Bordeaux et sa faculté Sciences Technologies.


Zoom sur : Castel Terrefort

73 avenue Roul

Faisant également partie du domaine universitaire, cette maison de campagne est ce que l’on appelle une chartreuse bordelaise. Pour l’apercevoir, il suffira de longer les arrêts de tram jusqu’à celui nommé Bethanie. Construite au début du XVIIIe siècle, elle illustre parfaitement un type d’habitat particulier, répandu en Gironde.
Des sculptures de Gaston Schnegg (1866-1958), collaborateur d’Auguste Rodin, ont été intégrées dans le vaste parc du domaine entre 1915 et 1920. Aujourd’hui encore, on peut retrouver un puit décoré de bas-reliefs sculptés, des chapiteaux sur les piliers du porche, et une inscription en italien sur la porte : « Je suis quelqu’un qui, lorsque l’Amour l’inspire, écrit… », des mots du Purgatoire de la Divine Comédie de Dante Alighieri (1265-1321).


Le Domaine de Sufize de La Croix

313 cours de la Libération

Un peu plus loin du parc Peixotto, à l’angle d’un coin de rue, vous pouvez entrapercevoir une demeure du XIXe siècle arborée. Celle-ci se situe à l’emplacement de l’ancienne chapelle Saint-Pey (ou Saint-Pierre). Connue depuis 1358 et considérée comme la première église de Talence, la chapelle Saint-Pey était un édifice roman entouré d’un cimetière, et se trouvant sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Dans un premier temps, cette chapelle fut seulement au service d’une confrérie de « laboureurs de vignes ». Puis la chapelle fut réorganisée et devint une succursale de l’église Saint-Genès de Talence.

L’Ancien presbytère DE L’ÉGLISE DE SAINTE PEY

311 cours de la Libération

Juste à côté de l’Église, vous pouvez retrouver son ancien presbytère, qui suite aux révolutions françaises a connu des périodes mouvementées.
C’est Samuel Peixotto qui est à l’origine de ce bâtiment en 1783. D’origine juive, il se convertit au catholicisme et fait construire un presbytère, attenant à la chapelle Saint-Pierre.
Après la Révolution, le bâtiment fut mis aux enchères. Il devint une Maison communale jusqu’en 1864. En 1947, le Commissariat de Police s’y installe. Aujourd’hui, se sont installés un cabinet d’architecture et des commerces.

L’Église Notre-Dame et son presbytère


Cours de la Libération, place de l’Église

L’église fut construite de 1841 à 1847 par l’architecte Auguste Bordes. La première pierre fut posée en 1843 et l’église fut fonctionnelle à partir de 1848.
L’édifice appartient au style gréco-romain. Elle comprend un porche précédé d’un portique d’entrée, ainsi que deux colonnes cannelées d’ordre ionique. À l’intérieur, on trouve une Pietà, datée du XVe siècle.

Cette Pietà fait l’objet de dévotion de la part des fidèles depuis le Moyen Âge, et a engendré des pèlerinages extrêmement populaires. Elle est reconnue au titre des objets classés aux Monuments Historiques. Si vous vous approchez de très près, vous remarquerez que cette statue possède six doigts !

Quant au presbytère, il fut construit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’édifice n’est devenu presbytère qu’après l’achèvement de l’église Notre-Dame, en 1847.

C’est un bâtiment de type chartreuse, dont les propriétaires, M. et Mme Acoquart, étaient des négociants à Bordeaux, originaires de Foix. On peut d’ailleurs voir leurs initiales « A.T » sur la façade.
La demeure est décorée sur sa façade principale par des coqs sculptés et des guirlandes de feuillages. Il appartient aujourd’hui à l’archevêché de Bordeaux. Le monument est inscrit au titre des Monuments Historiques depuis 1990.

 

 

Le Forum des arts et de la culture : le siège culturel de l’art et science

Place Alcalà De Henares

Pour terminer ce parcours patrimoine en beauté, rendez-vous sur la place en face d’un immense bâtiment à l’architecture très moderne, mais qui fait pleinement partie du patrimoine et surtout du quotidien des Talençais : Le Forum des arts et de la culture. Maintenant, vous savez pourquoi les habitants nomment la place du centre-ville la place du Forum !
Sur cette place conviviale où se mélangent bars, restaurants et commerces, et librairie, se cache un espace culturel lié notamment à l’art et la science, le Forum.

Construit en 2002 par les architectes François Guibert et Philippe Tocheport, le bâtiment se décompose en trois strates horizontales, adossé contre un mur de béton brut et habillé d’une « enveloppe de résille » en inox qui dessine des feuilles de Liquidambar.

Dans ce lieu emblématique, vous trouverez des : expositions gratuites, ateliers scientifiques, rencontres dans l’auditorium…
Il accueille également au rez-de-chaussée la très ancienne Librairie Georges qui fête ses 110 ans ! Véritable partenaire culturel de la Ville, vous pourrez, en plus d’acheter des livres, assistez à des rencontres avec les auteurs et même boire un café dans ce lieu convivial.

Le petit conseil : après la visite de l’exposition du Forum (gratuite et en entrée libre), n’hésitez pas à prendre un verre en terrasse dans l’un des bars restaurants situés sur la place ou au sein des Halles de Talence. Le mercredi, c’est aussi le jour du marché, une opportunité de faire quelques emplettes et découvrir des artisans locaux.

 

 

En savoir plus

LE PARCOURS CENTRE-VILLE
Entre parc, châteaux, chartreuses et architecture contemporaine, le centre-ville de Talence en passant par son campus vous révèle des trésors parfois insoupçonnés.

  • 3 km 100
  • À pied : 1h
  • À vélo : 30 min

Télécharger la plaquette

 

TESTEZ LE JEU DE PISTE SPÉCIAL PATRIMOINE ET BIODIVERSITÉ AVEC EXPLORAMA
Gratuit et accessible à tous, ce jeu de piste se réalise via l’application téléphone Explorama.
Décomposé en dix missions, vous allez devoir répondre à une multitude d’énigmes et de mini-jeux et ainsi découvrir de curieux détails sur Peixotto et son château tout au long de cette aventure !
En savoir plus

 

TALENCE CHEZ VOUS  : DES CARNETS DE COLORIAGE ET PLANS REVISITÉS
Pour le plus grand plaisir des petits, mais aussi des grands, la Ville a édité un carnet de dessin et un plan ultra-design de la Ville. Objectif : vous faire découvrir l’histoire insolite du patrimoine Talençais. Ils sont actuellement en vente au Forum des arts et de la culture.
EN SAVOIR PLUS

actualites
Actualités, Événement, Participation
Les prochaines élections législatives auront lieu le 30 juin 2024 pour le 1er tour, et le 7 juillet 2024 pour le 2d tour.
Actualités, Culture, Emploi
UNE CHORALE PARTICIPATIVE POUR LUTTER CONTRE L’ISOLEMENT Ce projet de chorale participative, initié en collaboration avec l’Association Chahuts, est mis en place par L’Inconnue, scène de musiques actuelles de Talence. Il s’adresse à des femmes éloignées de l’emploi, le nom « Showmeuses » étant un jeu de mots formé avec les termes « chômeuses » et « show », qui signifie « spectacle » en anglais.   L'objectif ? Constituer un chœur qui écrit collectivement des chansons sur le thème du travail et du chômage des femmes en s’inspirant de l’expérience de chacune. Ces rendez-vous permettent de restaurer la confiance en soi tout en nouant des liens entre participantes et ainsi lutter contre l’isolement.  
agenda
rencontrez-vous-

Rencontrez-vous, ce sont tous les rendez-vous proposés…

les-soirees-equinoxes

Rendez-vous dans les quartiers nord-est en mars…