Quartier Haut-Brion / Médoquine

3 km 400
À pied : 1h10
À vélo : 30 min

Château La Tour Haut-Brion ou Tour de Rostaing

141 avenue Vieille Tour

Le château actuel a été édifié à la fin du XVIIIe siècle sur l’emplacement de l’ancienne propriété féodale bâtie par les Roustaing de la Tour, illustre famille bordelaise. Ce domaine est appelé ainsi en raison d’une Tour, vestige du Moyen-Age, et qui subsista jusqu’en 1785. A l’emplacement approximatif de l’ancienne construction s’élève un château d’eau qui supporte un réservoir d’eau pour l’alimentation du château actuel. A l’abri de cette construction se dissimule une statue de Vénus.

Château de Cholet

121 avenue de la vieille tour

Au Moyen-Age, le château de Cholet faisait partie de l’ancien domaine des Roustaing de la Tour.
C’est au XVIIe siècle que la famille Cholet acheta la propriété. Mais le château actuel ne fut bâti qu’au XVIIIe siècle, à la même époque que les autres villas talençaises. Le domaine devint bien national après la Révolution : 19 hectares, un château, deux maisons, des dépendances, des jardins, des vignes, un parc… Il fut ensuite revendu à différents propriétaires successifs, puis acquis par les Hospices civils de Bordeaux.

Propriété Perès

2, rue Diderot. 124, rue Peybouquey.

Datant du XIXeme siècle, cette belle maison bourgeoise était rattachée à l’ancien domaine de Capdaurat, situé sur la fin du plateau du Haut-Brion.
Elle comportait un vignoble. Il subsiste d’ailleurs des traces de cet ancien domaine : Deux curieuses margelles de puits datées de 1699 et 1731… Cette belle maison bourgeoise du XIXeme siècle faisait à l’époque partie d’un domaine viticole.

Château Mission Haut-Brion

67, rue Peybouquey

(Si l’on veut rentrer dans la propriété, il faut passer par le portail qui est ouvert rue Jean Jaures)
En 1540 Louis de Roustaing, seigneur de la Tour, vend à Arnaut de Lestonnac une parcelle de vignes, autour de laquelle le domaine fut construit. Il s’appliqua à créer une exploitation sur des parcelles graveleuses situées sur le point le plus élevé des deux communes de Talence et de Pessac. Ce domaine viticole existe depuis le XVIeme siècle. Il fut mis en valeur par la famille Chiapella au XIXeme siècle, avant d’appartenir au domaine Clarence Dillon depuis 1983.

Vignes Mission Haut-Brion

Rue Peybouquey

Le château « Mission Haut-Brion » est situé dans la région des Graves. Il est de nos jours le dernier domaine viticole sur le territoire de la commune. Les graves sont constituées de différentes variétés de quartz, avec un sous-sol de nature argilo-sableuse.
Appartenant au domaine Clarence Dillon, le vignoble du château La Mission Haut-Brion s’étend sur 29 hectares (10 000 pieds à l’ha). Situé dans la région des Graves, le vignoble du château de la Mission Haut-Brion s’étend sur 29 hectares.

La cave de la Médoquine

266 Cours du Maréchal Galliéni

Avec le développement du chemin de fer et le percement des boulevards au XIXeme siècle, des industries variées s’implantèrent à Talence.
La ville vit s’installer des ateliers puis des usines, en bordure de la ligne de chemin de fer.
Profondément rurale et résidentielle, accueillir des activités industrielles représentait pour Talence une véritable mutation économique. La Cave de la Médoquine, a fait partie de ces nombreuses usines qui se sont implantées à Talence à la fin du XIXe siècle. D’abord entrepôt commercial vinicole, elle a ensuite accueilli une usine de bouchons en 1945.

Gare de la Medoquine

Avenue de la Gare

C’est en 1837, qu’eut lieu la construction d’une ligne de chemin de fer entre Bordeaux et La Teste. C’était le quatrième chemin de fer construit en France. La ligne fut inaugurée en 1841. Elle mettait deux heures à parcourir 52 km.
Une station de « La Médoquine » fut ouverte sur cette ligne. Cependant, la mise en valeur du bassin d’Arcachon débuta avec lenteur, si bien que l’exploitation de la ligne fut déficitaire et qu’elle ferma en 1848. La station de « La Médoquine » fut rouverte lors de la construction d’une nouvelle ligne : Bordeaux-Irun en 1921. Depuis 70 ans (1949), la gare est fermée aux voyageurs.

Château des Arts

109 rue Camille Pelletan

Le château des Arts fut construit en 1890 par les architectes Pingoux et Rodier.
De style néo-classique*, il tire son nom de son fronton où une tablette de peintre et un compas d’architecte sont sculptés.
La propriété fut louée en 1909 par Jean Lafon, Trésorier Payeur Général de la Gironde. Il était le père de Marguerite Jeanne Lafon qui épousa  François Mauriac le 25 juin 1913 à Talence. Le mariage fut célébré en l’église Notre-Dame de Talence tandis que le repas de noces se déroula au château. Dans Nouveaux mémoires intérieurs (Pléiade), François Mauriac raconte combien il a été compliqué pour lui d’épouser sa bien aimée.

Hameau de Noailles

36 rue du Haut-Carré

Yves Salier, Adrien Courtois, Pierre Lajus et Michel Sadirac, architectes originaires de Bordeaux, ont réalisé le hameau de Noailles entre 1968 et 1973. Cet ensemble d’habitations témoigne d’une modernité exemplaire par l’agencement des volumes, la mixité des logements et la composition générale. Un axe principal, bordé d’immeubles collectifs de 3 à 5 étages structure l’ensemble de l’opération. Les constructions individuelles suivent un rythme décroissant allant du R+1 au rez-de-chaussée, donnant aux volumes une composition pyramidale. Étendu sur 4 hectares, le hameau se compose de 140 appartements et de 50 maisons individuelles. Le programme comporte également deux courts de tennis et une piscine.

actualites
Actualités, Déplacements
Dans le cadre du plan d’urgence vélo…
agenda

Afin de garder une trace de cette…

Les Rendez-vous de Margot
Ecole Municipale de…

En savoir plus

Journées européennes du patrimoine

Cet événement culturel, célébré dans une cinquantaine de pays européens, est proposé par le Conseil de l’Europe et par la Commission européenne, avec le soutien du Parlement européen. Les Journées européennes du patrimoine permettent ainsi aux citoyens européens d’aujourd’hui de mieux comprendre ce qui les rapproche et de célébrer des valeurs qu’ils partagent.

site internet