Quartier Thouars / Raba / Le Bijou

5 km
À pied : 1h40
À vélo : 40 min

RESIDENCE LES TERRASSES DE TALENCE

Architectes Michel Andrault, Pierre Parat
Tous deux formés à l’Ecole nationale supérieure des Beau-Arts, ils sont diplômés en 1955. Pierre Parat est par ailleurs diplômé de l’École polytechnique de Lima. Associés dès 1957, ils réalisent très rapidement un grand nombre de logements collectifs. Ils participent à la recherche de nouvelles formes dans le domaine en initiant une architecture de cellules disposées en terrasses et désignées sous le nom de “pyramides”.
On les trouve notamment à Epernay, Villepinte, Evry.
Ils réalisent par ailleurs un certain nombre de tours de bureaux et logements à Paris aux formes caractéristiques. Ces réalisations associent des structures porteuses en béton à de vastes cubes de verre et d’acier : on les retrouve dans les grandes opérations urbaines des années 1970 de la capitale — la ZAC du Front de Seine, l’opération Italie 13 — et pour un certain nombre de sièges sociaux en province. L’agence réalise dans le courant des années 1990 quelques-uns des plus grands gratte-ciels de la Défense.

CHATEAU DE THOUARS

Avenue de Thouars
Le château et le domaine de Thouars occupent en partie  l’emplacement de l’ancienne bastide de Baâ, fondée à la fin du  13ème siècle dans la forêt royale par l’évêque de Bath. Elle était un des symboles de la puissance anglaise en Guyenne sous Edouard III d’ Angleterre.
Au 14ème et 15ème  siècle, un pavillon de chasse servant de rendez-vous de chasse aux rois d’Angleterre fut édifié.
Anoblie et fortifiée, la demeure devint seigneurie  au 16ème siècle.

ARCHITECTURE
Ce château a subi de nombreux remaniements et ne ressemble plus à celui d’autrefois. Il ne reste plus que deux des anciennes tours rondes.
Au Moyen- Age (15 et 16ème siècle),  c’était  un massif quadrilatère flanqué de quatre grosses tours couronnées de créneaux et de mâchicoulis. Une porte ogivale s’ouvrait dans la courtine reliant les deux tours en façade (côté sud). Les remparts étaient crénelés comme les tours. Un large fossé entourait le château qui passait pour une des plus belles places forte de la région construite sur une hauteur.
Une chapelle fut construite en 1544 à l’intérieur du château.

Bois de Thouars


ZNIEFF : Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique

Le centre du bois se trouve au niveau de la mare qui est en fait un  ancien vivier.
Il est le cœur du bois.
Des allées cavalières, anciennement réservées à la chasse, puis devenues forestières pour l’exploitation du massif forestier forment une trame rayonnante qui part du point central de l’étang telle une étoile et ses branches.
Ce paysage naturel complexe a une riche valeur patrimoniale.
Afin d’assurer l’équilibre de l’écosystème forestier et le maintien de la faune et de la flore, la mare a été définie en ZNIEFF sur 0,3 Ha en 1985. Elle abrite une espèce végétale rare, peu commune dans les milieux humides de la région, l’hottonie des marais, ainsi qu’une centaine d’autres espèces répertoriées dans la strate arborée arbustive et herbacée.

La mare a obtenue la validation nationale de réserve écologique en 1997.

ECOLE d’ARCHITECTURE

Construction de 1969 à 1973.
Le site est fractionné, les différentes parties sont indépendantes et marquées par leur forme géométrique.

L’école épouse la forme onduleuse d’un point d’interrogation. Au long des salles de cours et des bureaux qui représentent la colonne vertébrale de l’établissement, Claude Ferret greffe un espace de rencontre, un amphithéâtre et cinq ateliers répartis en éventail. Une galerie couverte, comparable à celles de Royan, relie ces différents pôles de la vie de l’école.
Le traitement formel appuyé des différents volumes qui composent l’école accentue la lisibilité du plan. L’élévation latérale de l’amphithéâtre a la forme d’un oeil monumental qui semble illustrer le titre du célèbre manuel du critique Bruno Zévi : Apprendre à voir l’architecture (1959).

BATIMENTS EDF SEISO


Date permis de construire : 1994

Architecte Sir Norman Foster
Il a acquis une réputation internationale lors de la construction de la Hong Kong and Shanghai Bank (depuis trente ans), Norman Foster porte toute son attention à la construction d’entreprises. Foster est l’un des principaux représentants de l‘Architecture high-tech avec entre autres Richard Rogers. Norman Foster jouit d’une renommée mondiale et a remporté plus de 300 récompenses et prix d’excellence à travers le monde, et plus de 60 victoires en concours nationaux et internationaux.
L’Unité de bureaux de Talence s’inscrit dans une longue recherche de réinterprétation des espaces du tertiaire.

LE BIJOU

735, 735 bis cours de la Libération (Talence).
737, cours de la libération (Pessac)

Le Domaine était une vaste propriété à vocation agricole et horticole de 6 ha qui s’appelait « à Autremare » et s’étendait de l’avenue de l’Université à l’avenue de la Paillère, aux confins des villes de Talence et Pessac.
Ce toponyme signifie zone marécageuse. Cette partie de Talence était très marécageuse, couverte de joncs et d’osiers dont les bohémiens venaient faire leur récolte. C’était un coin de campagne avec des fermes, des champs de maïs et des prairies.
Il s’y trouve toujours  deux maisons d’habitation : le pavillon d’entrée et la maison de maître avec tourelle(ou pigeonnier ?) sur un terrain aux proportions réduites. Un ruisseau était la limite séparative entre les deux villes.
Un pont de bois, dit « Pont de Coudournes » traversait un ru au niveau du cours de la Libération.

IRTS

Architectes : Edmond Lay-Jean-Paul Saint Laurent
Date 1971-1973
Edmond Lay né en 1930 formé à l’école des Beaux Arts de Paris découvre l’architecture organique aux Etats-Unis en
travaillant avec Franck Llyod Wright.
Il applique pour la première fois ses principes dans un édifice public d’importance, l’IRTS de Talence.
L’architecture organique est une philosophie architecturale qui s’intéresse à l’harmonie entre l’habitat humain et le monde «nature» au moyen d’une approche conceptuelle à l’écoute de son site et intégrée à lui, faisant du bâtiment et de son mobilier une composition unifiée et intriquée à son environnement. On doit à Edmond Lay, la Caisse d’Epargne de Bordeaux Mériadeck.

DOMAINE DE MONADEY

653, cours de la Libération

Origine
La propriété tient son nom d’une très ancienne famille bordelaise qui avait la charge, dès le XIe siècle, de la fabrique de la monnaie (le mot gascon ” monadey ” signifie monnayeur).
Les Monadey furent maires de la ville de Bordeaux durant plusieurs générations.
Le propriétaire, Raymond Monader assura sa fonction de 1230 à 1238, suivi de son fils Guillaume Monader en 1248 et de ses successeurs jusqu’en 1285. Cette famille avait fait construire, au Moyen-Age, une maison de campagne sur un domaine appelé Le Breuil à l’emplacement de l’actuelle bâtisse. De cette première demeure, il n’est resté aucun vestige.
Construction actuelle
Elle fut ensuite remplacée, au XVIIe siècle, par la construction actuelle de style Louis XV qui fut longtemps la propriété de la famille Gradis. En 1751, Abraham Gradis fut admis à rendre hommage aux Jurats pour la ” maison noble de Monadey “.

Eglise de la Sainte Famille


6, rue Charles Gounod

Consacrée le 24 mai 1959 après six années de construction menée par les habitants du quartier dans un mouvement de grande fraternité, d’amitié et d’entraide d’après-guerre, sous la direction du Père Nicolas Matt, prêtre à Talence .
C’était alors la campagne. Il y avait des prés, des vaches, des bois d’acacias, … une ferme au bout de la rue.
L’église Notre-Dame était trop loin. A l’époque les gens allaient à pied et peu d’entre eux avaient un véhicule.
En même temps que le début des travaux de l’église, en 1953, des constructions nouvelles démarraient telles que celles du quartier de Maucamp, puis  celles de la résidence « Les Ombrages », de Thouars en 1967, de « Château Raba »,…

DOMAINE MAUCAMP


202, avenue de Thouars
Demeure construite à la fin du 18ème siècle
Maucamp signifie « mauvais champ »

En 1846, le domaine était de 24 ha dont 7,5 ha d’agréments (jardin anglais, vivier, ruisseau, cour d’entrée, …) et  7 ha de vignes.
En 1920, le domaine était essentiellement composé de pâturages.
En 1969, il ne restait plus que 1,5 ha.

Actuellement, nous y trouvons la Résidence La Pléiade-Maucamp situé dans le parc.

actualites
Actualités, Déplacements
Dans le cadre du plan d’urgence vélo…
agenda

Afin de garder une trace de cette…

Les Rendez-vous de Margot
Ecole Municipale de…

En savoir plus

Journées européennes du patrimoine

Cet événement culturel, célébré dans une cinquantaine de pays européens, est proposé par le Conseil de l’Europe et par la Commission européenne, avec le soutien du Parlement européen. Les Journées européennes du patrimoine permettent ainsi aux citoyens européens d’aujourd’hui de mieux comprendre ce qui les rapproche et de célébrer des valeurs qu’ils partagent.

site internet