Lutter contre le frelon asiatique

Environnement
Partagez

C’est la période pour piéger les fondatrices et empêcher la prolifération du frelon asiatique.

Le frelon asiatique est arrivé en France en 2004 par le port du havre, caché dans des poteries en provenance de Chine. Il a colonisé en quelques années 40 départements de France, avec une densité très forte dans certains d’entre eux, notamment dans le Sud Ouest.

Depuis, ce parasite a décimé bon nombre de ruches et continue de sévir. Le frelon asiatique se nourrit de fruits et surtout d’insectes, dont les abeilles.

Le problème, c’est que ces dernières n’ont développé aucun système/réflexe de défense face à ce prédateur. Sans intervention humaine, le frelon asiatique est donc libre de faire ce que bon lui semble au sein des ruches, allant même jusqu’à piller le couvain.

L’identification du frelon asiatique

Pour les apiculteurs, le frelon asiatique est vite devenu un fléau redoutable et redouté. Surtout que sa présence dans la ruche n’est parfois détectée que trop tard. Pour l’apiculteur, la première technique de lutte contre ce parasite consiste donc à vérifier périodiquement ses ruches et voir par lui-même si elles sont infectées. Une chance, le frelon asiatique diffère morphologiquement de son homologue européen.

Premièrement, ce dernier est légèrement plus grand. L’ouvrière atteint couramment 3,5 cm contre 3 cm seulement chez le frelon asiatique. Leurs couleurs diffèrent également, surtout au niveau de l’abdomen. Alors que celui du frelon européen est jaune avec quelques bandes noires, celui du frelon asiatique est plus sombre avec un seul anneau jaune. Attention également de ne pas confondre le frelon asiatique avec la scolie. Ce dernier est plus grand (4 cm environ).

Structure et développement des nids

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les nids ne sont pas exclusivement en zone agricole. En effet 49% ont été identifiés en zone urbaine contre 43% dans nos campagnes.

Il est construit en hauteur, à plus de 10 mètres dans 75% des cas observés en France, sur un arbre. Édifié en plusieurs étapes très étudiées et toujours dans le même ordre. Il est constitué d’écorces et de bois tendre ; les morceaux sont mâchés, imbibés d’eau, de salive, pétris grâce aux mandibules. Les boulettes ainsi formées donnent de la pâte qui est étalée en plusieurs couches ressemblant à du carton. Ayant besoin de beaucoup d’eau à la fois pour construire son nid mais également pour nourrir ses larves, le frelon asiatique s’installera toujours près d’un point d’eau (rivière ou fontaine).

A l’automne, les mâles et les reines quitteront le nid qui sera laissé à l’abandon, les reines fondatrices allant ailleurs pour construire le leur.

Lutte contre le frelon asiatique : Connaître son cycle de vie

Dans une lutte, connaître son adversaire est primordial. Cela permet de savoir quand et où frapper efficacement pour détruire son adversaire. Pour cela, il faut donc en savoir un peu plus sur le cycle de vie du frelon asiatique. Chez ce dernier, la durée de vie d’une reine fondatrice est d’une année.

Connaître ce cycle de vie du frelon asiatique permet d’affiner les techniques de lutte. Déjà, nous savons qu’en hiver, les nids sont condamnés à l’extinction. Inutile donc de gaspiller nos ressources pour les détruire pendant cette période de l’année. Attaquez-vous aux nids le plus tôt possible, idéalement dès qu’ils viennent d’être construits. Comme la reine est au cœur de tout le cycle de vie, c’est elle qu’il faudra cibler en priorité. Pour cela, il est conseillé de s’attaquer à elle au moment où elle sort d’hibernation (début février jusqu’à mi-mai) ou lorsqu’elle va hiberner (mi-septembre à fin novembre). Vous éviterez par la même occasion de piéger d’autres insectes.

fabriquer un piège

Dosage à respecter
– Un quart de volume de sirop cassis ou grenadine
– Un demi-volume de bière brune
– Un quart de volume de vin blanc (qui repousse les abeilles )
A recharger tous les 15 jours environ