TRIBUNES LIBRES

Conformément à la loi, les groupes politiques municipaux bénéficient d’un espace réservé à leur expression, au sein de Talence Cité Mag et sur le site internet de la Ville. Le contenu de ces textes n’engage que leurs auteurs.

Sur cette page vous trouverez les tribunes des groupes politiques représentés au sein du Conseil municipal :

  • Le groupe majoritaire
  • Talence en transition
  • Nouvel esprit Talence

Tribunes libres avril 2021

LES ÉLUS DU GROUPE MAJORITAIRE

Gouverner, c’est délibérer et agir
Lors du dernier conseil municipal, les élus talençais étaient invités à rendre un avis sur le pacte de gouvernance de la Métropole, qui définit ses relations avec les 28 communes qui la composent. Ce texte propose la suppression d’un conseil métropolitain sur deux.
De quoi s’agit-il précisément ?
La loi prévoit la possibilité pour les intercommunalités d’adopter un pacte de gouvernance, soumis à l’avis des conseils municipaux des communes membres. Ce document vise notamment à définir les règles d’interactions entre les différentes instances de gouvernance (Conseil, Conférence des Maires, Commissions, Comités de pilotage…), à encadrer également les relations entre les communes et la Métropole, et enfin à fixer les principes d’association des citoyens à la gouvernance métropolitaine.
Alors que les mots « renouveau démocratique », « co-construction », « concertation », « consultation » étaient sur toutes les lèvres des opposants de l’époque, voilà que, une fois majoritaires, ces mêmes élus sont frappés d’amnésie.
Que n’aurait-on entendu de leur part si nous leur avions proposé un tel texte ?
La vie politique est ainsi faite : il n’existe qu’un seul organe à valeur démocratique dans une collectivité, c’est l’assemblée délibérante, c’est-à-dire le conseil municipal à Talence et le conseil métropolitain à Bordeaux Métropole. Quelle aurait été la réaction de l’opposition municipale si nous avions fait le choix de diviser par deux le nombre de conseils municipaux ? Les levées de boucliers auraient été nombreuses, à juste titre.
Dans une période de régulière remise en question de nos institutions et de défiance importante, il est risqué de limiter les assemblées délibérantes pour les remplacer par des comités techniques. Plus que des organes délibérants, les conseils métropolitains ou municipaux sont des lieux d’information, d’échanges, de débats. Limiter leur fréquence c’est non seulement restreindre l’indispensable confrontation des idées mais également réduire la possibilité pour nos concitoyens de s’intéresser à la vie démocratique.
Pour notre part, nous considérons que gouverner c’est protéger la qualité et l’équilibre du débat démocratique et c’est surtout agir. C’est cet indispensable équilibre qui permet de mener à bien, et en toute transparence, les engagements pris devant les électeurs.
Un an après notre élection, nous avons déjà mis en œuvre bon nombre d’entre eux. Lorsque nous engageons de grands investissement, que nous prenons des mesures pour protéger notre environnement, pour améliorer les mobilités ou renforcer les solidarités, toutes ces initiatives font systématiquement l’objet d’une présentation ou d’un vote en conseil municipal.
Proposer et débattre, pour réaliser et rendre compte, sont autant d’étapes constitutives de notre vie démocratique. Tout ce qui conduirait à les restreindre serait selon nous une erreur.
Voir des élus défendre une telle position restera pour nous un mystère.

Les élus du groupe majoritaire

LISTE «TALENCE EN TRANSITION»

Des problèmes auditifs ?
Devons-nous nous inquiéter de la capacité de la majorité à entendre nos interventions en Conseil municipal  ? Les dernières tribunes du Cité-Mag laissent à penser que oui. Les étonnantes interprétations faites par l’équipe majoritaire nous interrogent sur sa volontaire mauvaise compréhension.
La plupart des délibérations du Conseil sont de la gestion courante. Elles sont en général votées à l’unanimité, Mais il est raisonnable que nous puissions débattre de sujets de fond, de choix de méthodes et des projets à venir. Tenons-nous un discours trop ambitieux sur la démocratie, sur une vision plus ouverte, plus engageante dans les projets de notre ville pour qu’il soit ainsi dévoyé par une communication biaisée ? Devrions-nous nous contenter d’écouter et d’approuver ? Ne pouvons-nous pas être force de propositions et dénoncer des méthodes qui sont contre-productives ou clientélistes ?
Le fond du sujet en séance de Conseil municipal est bien d’échanger, de pouvoir débattre en un lieu qui ne doit pas être une simple chambre d’enregistrement des décisions majoritaires.
Or nos débats sont détournés, déformés et utilisés à des pratiques politiciennes inutiles et ridicules, ayant pour but de discréditer le travail et l’engagement des élu.es minoritaires.
Ce constat nous conforte dans notre travail de vigilance, d’ouverture à vos questions et de rendu-compte vers les citoyens. Nous continuerons à affirmer qu’accepter la contradiction c’est agir dans l’intérêt général pour des projets coconstruits et élaborés en parfaite transparence.

Vos élu·es municipaux de « Talence en Transition »
Isabelle RAMI, Arnaud DELLU, Florie ARMITAGE, Christian BARDIN,
Denise GRESLARD NEDELEC, David BIMBOIRE, Monique DE MARCO, Amilcar MARTILY

LISTE « NOUVEL ESPRIT TALENCE»

Ville jeune et clinquante recherche démocratie active pour relation durable…
Il est navrant que le maire et le groupe majoritaire de Talence aient rejeté le projet de « pacte de gouvernance » de Bordeaux Métropole (CM du 01/03). Alors que ce pacte propose une organisation qui donne toute leur place aux groupes politiques, aux maires des différentes communes, ainsi qu’aux citoyens, la majorité a argué d’un recul démocratique pour justifier son rejet, regrettant amèrement la fin de la cogestion.
La municipalité de Talence serait-elle en situation de donner des leçons de démocratie ? Il faudrait pour cela qu’elle accepte d’associer les élus d’opposition à la réflexion sur les projets structurants, mais aussi sur la gestion de la crise sanitaire. Faire preuve de transparence et cesser de considérer toute remarque comme une attaque contre la ville ou ses agents, irait aussi dans le bon sens.
La ville de Talence sortirait grandie si elle renonçait à ces positionnements dépassés et participait au bon fonctionnement de Bordeaux Métropole, dans l’intérêt de la population.

Christine QUÉLIER et le collectif Nouvel Esprit Talence

 

agenda

Les Rendez-vous de Margot
Ecole Municipale de…

Le petit Conte-mi de 6 mois à…

En savoir plus

Pour toute information sur les conseils municipaux :

Direction Générale des Services
Tel. : 05 56 84 78 23

ecrire au service