Trafic aérien : nuisances sonores

Informations sur les nuisances sonores liées au trafic aérien au-dessus de Talence.

Pourquoi les avions survolent Talence ?

La Ville de Talence est régulièrement survolée par les avions, lorsque ceux-ci atterrissent sur la piste 2 de l’aéroport. Le choix de la piste est fait par la tour de contrôle en fonction de la situation météorologique, et principalement, du niveau de vent. Ainsi, lorsque la vitesse du vent dépasse un certain niveau (30km/h), les atterrissages se font sur la piste 2, obligeant les avions à voler au-dessus du territoire talençais à basse altitude du sud-est vers l’ouest.

Lutte contre les nuisances sonores des avions

La lutte contre les émissions sonores des aéronefs constitue un enjeu majeur pour l’Aéroport de Bordeaux vis-à-vis de son territoire. Un plan d’actions a ainsi été mis en place (informations sur bordeaux.aeroport.fr

Afin de surveiller et limiter les nuisances sonores (notamment dues à une altitude trop basse de certains avions), l’aéroport a mis en place le dispositif Aérovision. Cet outil permet de visualiser les trajectoires des aéronefs commerciaux sous 3000 mètres et leurs niveaux sonores enregistrés par les stations de mesure installées dans les communes riveraine

Accéder à Aérovision sur trajectoires.bordeaux.aeroport.fr

Signaler une nuisance sonore

Si vous êtes gênés par le passage des avions, vous pouvez le signaler et déposer une plainte auprès de l’aéroport sur trajectoires.bordeaux.aeroport.fr.

  • Cliquez sur “le menu en haut à gauche”
  • Cliquez sur “informations/réclamations”
  • Cliquez sur “déposer une demande”

Il faudra vous créer un compte sur la plateforme.

Utilisez le mot « plainte » dans votre description afin d’être certain que ce soit comptabilisé comme une plainte et pas comme une demande d’information.

Réunion publique d’information sur l’aéroport de Bordeaux-Mérignac : devenir de la piste secondaire

Mardi 14 mai à 19 heures – Salle Bellegrave
En présence des maires de Martignas-sur-Jalle, Talence et Pessac

Projet de fermeture de la piste secondaire (sécante)

Une mobilisation de longue date à Talence

Les élus de la Ville de Talence mais aussi de Pessac et Martignas-sur-Jalle sont mobilisés sur ce dossier depuis de nombreux mois. Bien que la Ville n’est pas de pouvoir pour fermer la piste secondaire, nous ne restons pas sans agir. Ainsi, une réunion de concertation avec l’aéroport s’était tenue le 1er mars 2022.

Cette réunion de concertation, à l’initiative de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, avait pour but de fixer son schéma de composition générale. Ce schéma doit fixer la stratégie de l’aéroport qui sera proposée au ministère des Transports et à la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile).

En effet l’aéroport n’est pas décideur de la manière dont il va évoluer.

Avec l’appui des participants et des 2500 signataires de la pétition mise en ligne sur change.org, l’ensemble des élus présents a pu parler de la position de Talence, de Pessac et de Martignas-sur-Jalle : proposer la fermeture de la piste secondaire (piste 11/29 ou piste sécante).

L’aéroport de Bordeaux-Mérignac va dans ce sens et a présenté ce qu’il comptait proposer au ministère des Transports : Le maintien de la seule piste principale et donc la suppression de la piste sécante à l’horizon 2026 au plus tard.

L’aéroport a appuyé sa proposition sur les arguments suivants :

  • N’avoir qu’une piste ne limite pas les possibilités de développement de l’aéroport ni à brève échéance ni à moyen terme. C’est un élément majeur pour l’aéroport : une piste suffit pour garantir son avenir.
  • Mise en avant des problèmes de sécurité liés à l’existence de la piste sécante et donc la possibilité de collision à l’intersection des deux pistes. La sécurité est ainsi mieux assurée en ne conservant qu’une piste.
  • L’existence de la piste sécante a un coût très élevé pour l’aéroport surtout qu’elle est en fin de vie. Des investissements très importants seraient indispensables pour prolonger sa durée de vie. Il faudrait la refaire entièrement à partir de 2026 pour un coût estimé très élevé de 25 millions d’euros. L’aéroport préfère se concentrer sur ses objectifs environnementaux (responsabilité environnementale aussi bien au sol que dans les équipements qui permettraient d’économiser un certain nombre de coût de carburant) qui sont d’autant plus faciles à réaliser si l’aéroport n’a pas besoin d’investir sur le maintien ou la réfection intégrale de la piste sécante.
  • Ce qui mobilise le plus les riverains : la question des nuisances sonores. Une mesure a été faite par l’aéroport et a été communiquée à cette occasion. Si l’on supprime la piste sécante, les nuisances sonores disparaissent pour plus de 49 000 riverains, parmi eux se trouvent les Pessacais qui se plaignent actuellement des gênes occasionnées par l’utilisation de la piste sécante. En revanche, 2 200 nouveaux riverains de la piste principale (Eysines, Le Haillan) seraient touchés.

La seule proposition que fait l’aéroport au ministère des transports, consiste à supprimer la piste sécante mais la décision appartient à l’Etat (DGAC, Ministère). La réponse définitive de l’État est toujours attendue, à ce jour.